L’intelligence artificielle reconnue coupable de préjugés sexistes

le

L’Intelligence artificielle, plus communément abréviée IA, bien que relativement récente, n’a pas tardé à s’immiscer dans notre quotidien, et bien souvent sans même que nous n’en ayons pris conscience. Si elle est génératrice de progrès plus ou moins notables, il semblerait qu’elle se soit récemment reconnue coupable de préjugés sexistes. Explications.

L'intelligence artificielle reconnue coupable de préjugés sexistes

Avant d’entrer dans le vif du sujet, rappelons en quoi consiste l’intelligence artificielle.

IA: des prémices à aujourd’hui

Difficile de dater précisément l’avènement de l’intelligence artificielle, le père de celle-ci n’ayant jamais été clairement identifié. Néanmoins, d’aucuns citent les brillantes idées et expériences d’Alan Turing, de Claude Shannon, de Marvin Minsky ou encore de John McCarthy. Il est dès lors possible d’établir une fourchette quant à la naissance de l’IA: entre 1943 et 1956.

Mais, au fait, l’intelligence artificielle, en quoi ça consiste? Le Larousse décrit celle-ci comme suit: “ensemble de théories et de techniques mises en œuvre en vue de réaliser des machines capables de simuler l’intelligence humaine”.

L’IA et la traduction

À l’heure actuelle, l’IA est tout simplement partout! Si personne n’oserait remettre en cause son utilité, voire l’énorme marge évolutive qui lui reste ainsi que les chamboulements positifs qu’elle pourrait engendrer, reste que l’IA n’est pas infaillible.

Et il semblerait également que l’IA soit… sexiste! Vous n’êtes certainement pas sans ignorer que l’IA est à la base de toute une série de logiciels de traduction automatique. Eh bien figurez-vous que ces derniers retranscriraient certains préjugés sexistes par le biais de traductions.

La phrase turque “o bir muhendis”, devant être traduite en anglais par “she is an engineer” ou “he is an engineer” (il/elle est un/une ingénieur), en raison de son pronom neutre, est traduite par Google Translation dans sa version masculine uniquement alors que le contraire se produit pour la phrase “o bir hemsire” signifiant elle/il est un/une infirmière/infirmier.

Et le problème ne se produirait pas uniquement sur Google Traduction. Pas joli joli…

Si l’IA est prometteuse, preuve en est qu’elle n’est pas parfaite. Pour vos traductions professionnelles, mieux vaut donc continuer à vous en référer à une agence de traduction…